Laurence Badel

  • Diplomaties européennes ; XIX-XXI siècle Nouv.

    Assurer la représentation de l'État à l'étranger, protéger ses ressortissants, collecter de l'information, promouvoir les intérêts nationaux, négocier... les missions de la diplomatie se sont enrichies et complexifiées depuis le xixe siècle et les acteurs qui l'incarnent se sont diversifiés.

    Mêlant histoire sociale, culturelle et politique, Laurence Badel retrace les évolutions des pratiques diplomatiques des pays de l'Europe et relate la lente construction d'une diplomatie européenne.

    Laurence Badel est professeure d'histoire à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

  • « Comment peut-on être ambassadeur de France et poète ? », s´indignaient les surréalistes, en apostrophant Paul Claudel. C´était en 1925. Que reste-t-il de cette alliance à l´heure du numérique, qui renouvelle l´écriture classique du diplomate ?  Dédié à la conjugaison des deux activités, cet ouvrage met en lumière l´ancienneté, le renouvellement et la diversité des pratiques de l´écrivain entré en diplomatie et du diplomate entré en littérature.  Interrogeant les identités multiples d´hommes destinés à intervenir dans et sur le monde, analysant les conditions matérielles de l´exercice de leur métier, ainsi que leurs modes d´expression privilégiés, il examine aussi la validité d´un « modèle » français qui serait né avec Chateaubriand. Il s´interroge enfin sur l´invention d´une tradition, formalisée dans l´entre-deux-guerres, mais qui ne trouve sa consécration véritable qu´après 1945, à travers la fortune de l´expression unificatrice et duale d´« écrivain diplomate ». Actes d´un colloque international qui s´est tenu à La Courneuve et à Paris, en mai 2011, augmentés d´articles originaux, ce livre, au confluent de l´histoire littéraire, de l´histoire sociale et de l´histoire des relations internationales rassemble vingt-quatre contributions d´universitaires et de diplomates français et étrangers, ainsi que des échanges entre historiens et diplomates en activité. L´ouvrage est préfacé par Maurizio Serra, délégué permanent de l´Italie auprès de l´Unesco et écrivain.  Laurence Badel est professeur d´histoire contemporaine à l´université de Strasbourg.  Gilles Ferragu est maître de conférences en histoire contemporaine à l´université Paris Ouest-Nanterre-La Défense.  Stanislas Jeannesson est maître de conférences en histoire contemporaine à l´université Paris-Sorbonne.  Renaud Meltz est maître de conférences en histoire contemporaine à l´université de la Polynésie française, en délégation au CNRS (ISCC).

  • Ce livre met en lumière la place, méconnue à ce jour, que l'État a tenue au XXe siècle dans l'expansion économique internationale de la France. Vendre à l'étranger est devenu après la Première Guerre mondiale une nouvelle mission de la diplomatie française. L'administration a acquis un pouvoir sans précédent en répondant à la demande des entreprises afin de leur fournir une information détaillée sur les marchés extérieurs et leur apporter son appui dans leurs opérations d'exportation. Fondé sur la lecture d'archives inédites et de nombreux témoignages de diplomates et hauts fonctionnaires, cet ouvrage démêle l'écheveau complexe du dispositif français et présente la genèse, dans les années 1960, de la politique des grands contrats dans le domaine des exportations civiles. À l'orée du XXIe siècle, le système hérité de la Libération est, dans une large mesure, démantelé. Il a néanmoins permis à la France d'accomplir une conversion majeure dans la conduite de ses relations extérieures et de mettre en place sur de nombreux marchés extra-européens une politique d'influence fondée sur une image économique rénovée.

  • L'objectif de cet ouvrage est de définir l'objet "patronat européen" et de préciser les labels (Business History, European studies, histoire des relations internationales, économie politique, etc.). En essayant de penser l'européen à l'aune de processus nationaux, transnationaux, supranationaux ou internationaux, il s'agit non pas de trancher sur la nature de l'Union européenne mais de se donner les moyens de repenser la définition d'un processus qui dépasse les catégories nationales.

empty